Boucle de 110 km en Lozère, le tour du causse Méjean (ou causse Méjan) permet d’arpenter les grands espaces ainsi que les corniches des gorges vertigineuses du Tarn et de la Jonte. Sur ces plateaux calcaires aux allures de steppes, truffés d’avens, sorte de gouffre accessible par un puits (l’Aven Armand), et de grottes (Dargilan), de superbes panoramas s’offrent chaque jour au randonneur. Dédiées à l’élevage ovin, ces surfaces pastorales pierreuses et très extensives sont ponctuées des petites dépressions argileuses plus fertiles et cultivées : les dolines. Véritables oasis dans ce paysage aride et envoûtant, ces dernières dessinent une mosaïque de couleurs étonnantes.

Dans ces vastes steppes fascinantes, la dolomie, roche plus résistante à l’érosion a créé des formes étranges, tel le chaos de Nîmes le Vieux, un site ruiniforme situé dans la commune de Fraissinet-de-Fourques. Un sentier balisé d’une heure environ permet de cheminer entre ces rocs aux formes étranges, en faisant marcher son imaginaire. 

Façonné par l’homme et la nature dans le cadre d’une relation millénaire, ce territoire beau et difficile a été classé Grand site de France et patrimoine mondial de l'Unesco en juin 2011. Les fermes isolées et les villages de pierre sèche aux toits de lauze, démontrent la capacité d’adaptation de l’homme à son environnement. La visite de la ferme caussenarde à Hyelza, une demeure familiale transformée en écomusée, est à cet égard très instructive. L’absence d’eau en surface a généré des modes de gestion de la précieuse ressource.

Entre Meyrueis et le Rozier, les Gorges de la Jonte constituent l’habitat privilégié des chevaux de Przewalski, ancêtre des chevaux domestiqués, ainsi que des vautours fauves. Elles offrent des points d’observation précieux aux amateurs d’oiseaux sauvages. Introduits aux débuts des années 80 par le parc national des Cévennes, les vautours, aujourd’hui peu farouches, survolent les têtes des randonneurs et provoquent des dégâts dans les troupeaux.

Près du confluent des somptueuses gorges de la Jonte  et du Tarn, deux étonnants blocs de pierre, dénommés à cause de leur forme : le « vase de Sèvres » et le « vase de Chine », surplombent le balcon du vertige.

Randonnée itinérante, le tour du causse Méjean se parcourt en six ou sept jours de marche environ, de préférence au printemps ou à l’automne pour éviter les grosses chaleurs et profiter des couleurs.