"En septembre 2022, le cours moyen du porc français continue d’augmenter", rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note de conjoncture du 27 octobre 2022.  Il atteint désormais 2,21 €/kg de carcasse, dépassant de 47 % celui de septembre 2021, et de 40 % la moyenne quinquennale.

Selon le ministère, cette forte hausse des cours s’observe également dans les principaux pays producteurs de l’Union européenne dans un contexte de décapitalisation du cheptel, et par conséquent de production dans les différents États membres.

Une production en recul

Traduisant le repli du cheptel français, les abattages de porcs charcutiers reculent de 3,6 % en têtes et de 4,3 % en tec en glissement annuel.

Ainsi, la production de viande porcine se replie de 6,8 % entre août 2021 et août 2022. Dans le même temps, la consommation est quasi stable (+0,3 %) en août 2022, comparativement à celle de l’année précédente. Par conséquent, la production de viande porcine se situe en deçà de la consommation.

De son côté, le prix de l’aliment semble se stabiliser par rapport au mois précédent. Il progresse toutefois de 35,5 % par rapport à août 2021 et de 51,6 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Des importations toujours en hausse

Entre hausse de la demande et diminution de l’offre, les volumes de viande importés progressent de 8,5 % sur un an, tirés par les achats en provenance de l’Allemagne, du Danemark et de l’Italie. Quant aux exportations françaises, elles se contractent de 14 % sur la même période, notamment à destination de l’Asie du Nord (dont la Chine) et d’Italie.

Finalement, le solde des échanges extérieurs de viande porcine se révèle négatif en volume (–7,6 milliers de tec), comme en valeur (–43,7 millions d’euros).