Les exportations de céréales de l’Union européenne ont fortement augmenté sur un an, constate la Commission européenne dans son dernier rapport mensuel sur le commerce agroalimentaire de ce mercredi 26 octobre 2022.

Une nette hausse qui s’explique notamment par les exportations de blé et d’orge à destination du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui ont progressé de 300 %.

Les exportations de blé ont grimpé de 74 %

Alors que les exportations agroalimentaires de l’Union européenne ont légèrement ralenti en valeur par rapport à juin, elles restent nettement supérieures à celles de l'année dernière. En effet, le rapport mensuel montre qu’en juillet 2022, elles s’élèvent désormais à 19,2 milliards d’euros et diminuent ainsi de 2 % sur un mois.

Mais sur un an, malgré cette baisse de la valeur globale, les exportations de céréales de l’Union européenne, notamment le blé mais aussi l'orge, ont augmenté, en particulier vers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. L’Union européenne a exporté 1,9 million de tonnes de blé en juillet 2022 vers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, ce qui représente une augmentation de 300 % par rapport à juillet de l'année dernière.  

Au total, la Commission européenne constate qu’en juillet 2022, les exportations de blé vers le monde ont atteint 3 millions de tonnes, soit une augmentation de 74 % par rapport à 2021.

Les importations en provenance de l’Ukraine poursuivent leur croissance

En parallèle, les importations agroalimentaires de l’Union européenne ont également diminué de 2 % au cours de la même période, atteignant 14,3 milliards d'euros en juillet 2022. Ce sont les importations de raisins, de graines de tournesol et de bananes qui ont le plus diminué par rapport à juin 2021. Respectivement, elles ont perdu 24 %, 20 % et 18 % sur un mois.

En revanche, les importations de l'Union européenne en provenance de l'Ukraine poursuivent leur quatrième mois consécutif de croissance, relève le rapport. Cette hausse fait suite à la mise en œuvre de la libéralisation temporaire des échanges et à l'amélioration du fonctionnement des voies de solidarité.  Du côté des importations européennes en provenance des principaux partenaires commerciaux, comme le Brésil et les États-Unis, elles ont également augmenté, notamment pour le maïs et le soja.