Le mardi 20 février, le Sénat a débattu sur les conclusions du rapport « Femmes et agriculture : pour l’égalité des territoires » publié en juillet 2017. Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a salué « l’esprit de consensus » qui a guidé l’élaboration du rapport dont les quarante recommandations pour améliorer les conditions de vie des agricultrices ont été votées à l’unanimité.

 

La secrétaire d’État a précisé qu’une haute fonctionnaire est responsable au ministère de l’Agriculture de l’égalité des droits femme-homme et que celle-ci a intégré l’essentiel de ces propositions à la feuille de route pour 2018-2020.

Un congé de maternité harmonisé

Interrogée à plusieurs reprises au sujet du congé de maternité, Marlène Schiappa a assuré qu’elle portait le projet d’un congé de maternité harmonisé, qui viendra en complément de l’allocation de remplacement.

 

Elle a précisé que le gouvernement est favorable à la limitation dans le temps du statut de collaboratrice : « De fait, seul le statut de chef d’exploitation ou de salarié donne accès à une véritable protection sociale, notamment en matière de retraite. Oui, les agricultrices qui travaillent sans aucun statut doivent faire l’objet d’une attention toute particulière », a-t-elle déclaré.

 

Elle a affirmé que la parité sur les listes électorales sera complète en 2020 : « Pour les élections de 2020, une réflexion est menée pour examiner comment peut être appliquée l’ordonnance du 31 juillet 2015. Le ministre de l’Agriculture a proposé que les bureaux des chambres d’agriculture soient élus selon des listes respectant la règle de mixité – une femme sur trois candidats. Nous avons le temps de convaincre », a-t-elle affirmé.

 

Enfin, Marlène Schiappa est revenue sur la faiblesse des retraites agricoles. Elle se rendra la semaine prochaine dans la Vienne, avec la députée européenne Elisabeth Morin-Chartier et participera à des réflexions sur le pouvoir d’achat des retraitées, et en particulier, des femmes rurales.