En août 2022, la collecte française de lait de vache recule de 2,5 % en glissement annuel, marquée par la sécheresse estivale. C’est ce qu’indique Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note de conjoncture du 14 octobre 2022.

Recul plus ou moins marqué selon les régions productrices

L’ensemble des régions françaises voient leur collecte de lait de vache reculer en août, notamment dans le Grand Ouest (–2,1 %) et la Normandie (–2,9 %), les deux plus importants bassins. « Le recul est cependant moins marqué dans le Nord-Picardie (–0,4 %) et Grand Est (–0,9 %) », observe Agreste.

La collecte laitière européenne (UE à 27) a, quant à elle, progressé légèrement (+0,3 %) entre juillet 2021 et juillet 2022. Elle est notamment « soutenue par une collecte dynamique aux Pays-Bas et en Pologne », précise le ministère. En Allemagne, principal pays producteur avec la France, la collecte poursuit son repli tandis qu’elle chute en Espagne.

Les prix grimpent

De leurs côtés, les prix poursuivent leur hausse en août, puisqu’en France, le prix du lait standard conventionnel a progressé de 22 % sur un an pour s’établir à 433 € les 1 000 litres.

« Les prix du lait bio sont orientés à la hausse et s’établissent désormais à un niveau nettement supérieur à ceux du lait conventionnel, rapporte Agreste. Le prix standard progresse de 2,9 % sur un an et le prix réel de 0,9 %. »

Enfin, « tous types de lait standard confondus (dont bio et AOP/IGP), le prix progresse de près de 19 % » en glissement annuel et s’établit ainsi à 447 €/1 000 litres.