Le géant français de l'agroalimentaire Danone, qui fait partie des quelques multinationales restées en Russie plus de sept mois après l'invasion de l'Ukraine, a annoncé vendredi 14 octobre 2022 son intention de céder le contrôle de la majeure partie de ses activités dans le pays. Le groupe prévoit de se désengager de sa filiale des produits laitiers et végétaux, ne conservant que celle, plus réduite, de la nutrition infantile.

Il n'a pas annoncé qui pourrait reprendre à terme les usines et activités russes de cette unité, ni quand exactement.

Cession lourde

La branche des produits laitiers et végétaux (lait, yaourts) constitue la majeure partie de l'activité de Danone en Russie, où le groupe pilote treize usines. Depuis janvier 2022, ce pôle russe "a représenté environ 5 % du chiffre d'affaires consolidé" du groupe.

La cession annoncée pèsera lourd dans les comptes de Danone : elle pourrait, en effet, "entraîner une dépréciation allant jusqu'à un milliard d'euros", souligne le groupe.

Huit mille salariés

Danone commercialise en Russie du lait et des yaourts sous les marques Danone, Danissimo ou Prostokvashino. En 2010, le groupe avait acheté 57,5% du numéro deux russe des produits laitiers, Unimilk (21% de parts de marché et 25 usines), avec l'ambition de renforcer sa présence sur ce marché.

Symbole de la fin de la Guerre froide, le groupe français — qui s'appelait alors BSN — a fait partie des premières multinationales à s'installer dans le pays en août 1992, quelques mois après l'effondrement de l'Union soviétique. Il avait inauguré à l'époque sa première boutique de 200 mètres carrés près de la place Rouge, sur l'avenue Tverskaïa, à Moscou, afin de "faire connaître les produits et la marque aux neuf millions de consommateurs moscovites".

En mars 2022, après l'invasion russe de l'Ukraine, Danone avait annoncé le maintien de ses activités en Russie où il emploie 8 000 personnes, "afin de répondre aux besoins alimentaires essentiels des populations civiles", avait précisé son secrétaire général, Laurent Sacchi. Le géant de l'agroalimentaire avait alors aussi "pris la décision de suspendre tout projet d'investissement en Russie".

Conditions tendues

Danone conservera en Russie les activités de sa branche de la nutrition spécialisée, qui produit en particulier du lait infantile (Blédina, Aptamil). L'unité des produits laitiers et d'origine végétale est la plus grande de Danone au niveau mondial, avec 7 milliards d'euros de ventes au premier semestre de 2022, en hausse de 10,2% par rapport à la même période de 2021.

Resté en Russie, le groupe français évoquait depuis juillet 2022 des conditions opérationnelles "extrêmement tendues en Russie et en Ukraine". Il estime aujourd'hui que ce désengagement est la "meilleure option pour assurer la continuité" de cette activité auprès de ses salariés, partenaires et consommateurs. L'opération sera soumise à l'approbation des autorités compétentes.