Depuis un mois, le marché des légumes reste tendu, notamment celui de la tomate pour lequel l’offre est supérieure aux besoins. « Les producteurs de tomates sont dans l’obligation d’écarter une partie de leur production : des centaines de tonnes ont déjà été données et ils doivent se diriger vers la destruction car les réseaux d’associations d’aide alimentaire sont arrivés à saturation pour ce produit », rapporte Légumes de France dans un communiqué le 23 mai 2019.

Concurrence déloyale

« Les producteurs sont exaspérés. Alors qu’ils ont investi fortement dans la valorisation de leurs produits à travers des démarches agroécologiques, dont la réduction importante de l’utilisation des pesticides, et pour la qualité des produits, ils se voient spoliés de leur travail par l’importation », déplore la fédération.

 

Du 2 au 19 mai 2019, le réseau Légumes de France a visité des enseignes de la distribution pour effectuer des relevés de prix et d’origine sur différents produits. « Les retours montrent que des enseignes persistent à présenter trop de produits d’importation, notamment en tomates qui sont au démarrage de la grosse période de production. » Dans ce contexte, le syndicat prévoit une « opération coup de poing sur des zones identifiées comme étant des portes d’entrée des produits d’imports », le mardi 28 mai 2019.