« Le Réseau mondial contre les crises alimentaires (Global Network Against Food Crisis) — une alliance internationale entre les Nations unies, l’Union européenne et des agences gouvernementales et non gouvernementales — a publié [le 4 mai 2022] son Rapport mondial sur les crises alimentaires 2022 », a indiqué la Commission européenne.

Les conflits, principaux responsables

Le rapport révèle qu’environ 193 millions de personnes vivant dans 53 pays ou territoires ont connu une situation d’insécurité alimentaire aiguë en 2021. Une hausse de 40 millions, « par rapport aux chiffres déjà records de 2020, fait remarquer la Commission. Le rapport note que les conflits restent le principal moteur de l’insécurité alimentaire. »

 

Bien que l’analyse soit antérieure à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, « le rapport constate que la guerre d’agression de la Russie a exposé la nature interconnectée et la fragilité des systèmes alimentaires mondiaux, avec de graves conséquences pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale. »

 

Ainsi, les pays qui subissent déjà des niveaux élevés de faim aiguë sont « particulièrement vulnérables aux risques créés par cette guerre » : Ils sont fortement dépendants aux importations de denrées alimentaires et d’intrants agricoles et vulnérables aux chocs des prix alimentaires mondiaux, relève la Commission.

 

À lire aussi : Prix alimentaires, le FMI s’inquiète des risques d’émeutes en Afrique (04/05/2022)

 

« La communauté internationale doit agir pour éviter la plus grande crise alimentaire de l’histoire et les bouleversements sociaux, économiques et politiques qui pourraient en découler. [L’Union européenne] est déterminée à s’attaquer à tous les facteurs d’insécurité alimentaire : conflits, changement climatique, pauvreté et inégalités », a déclaré la commissaire chargée des Partenariats internationaux, Jutta Urpilainen.