76 % des Français (contre 67 % en 2017) sont prêts à « diminuer leur consommation de protéines animales, choisissant d’en manger moins et privilégiant des produits de meilleure qualité, tant environnementale que gustative ».

 

C’est ce que révèle un sondage réalisé par l’Ifop (1) pour le compte de Ouest-France et publié le 3 décembre 2021 à l’occasion des Assises de l’agriculture, de l’alimentation et de la santé organisées par le quotidien régional jeudi et vendredi à Nantes.

 

> À lire aussi :Les Français ont mangé en moyenne 31,6 kilos de porc en 2020 (30/11/2021)

La consommation de protéines végétales progresse.

Les résultats de l’étude montrent également que 48 % des répondants estiment manger davantage de protéines végétales qu’il y a 2 ans. D’après l’étude cette tendance « semble se stabiliser ».

 

> À lire aussi : Un Français sur deux mange régulièrement des légumineuses (11/10/2021)

 

Toutefois cette tendance « devrait se poursuivre pour certains » puisque 42 % (-8 points par rapport à 2017) « prévoient de manger davantage de produits végétaux dans les années à venir ».

La confiance dans les produits bio s’érode

En revanche les produits issus de l’agriculture biologique ont moins le vent en poupe. La part de la population consommant au moins de temps en temps des produits labellisés « Bio » marque le pas, après avoir augmenté régulièrement pendant plus de 20 ans.

 

D’après l’étude « 84 % des personnes interrogées achètent des produits “ Bio ”, cette proportion n’évolue quasiment plus depuis 10 ans. Et la part de ceux qui en achètent très souvent est passée de 21 % à 16 % en un peu plus d’un an ».

 

Ce recul s’explique en partie, d’après l’étude, par une baisse de confiance en l’appellation bio : alors que 70 % des consommateurs lui apportaient crédit en 2008, ils ne sont plus que 52 % en 2021. Le prix est aussi un frein à la consommation puisque 91 % des sondés estiment que les produits bio sont « trop chers ».

 

En parallèle, 86 % des Français disent vouloir privilégier dans leurs achats des marques alimentaires locales. Cette proportion varie en fonction des niveaux de revenus : si 92 % des sondés « aisés » préfèrent les marques locales, ce chiffre baisse de 14 points dans les catégories plus modestes.

 

> À lire aussi : Agence bio, une campagne de promotion du bio pour soutenir les marchés en difficulté (15/11/2021)

 

(1) Sondage réalisé par questionnaire auto-administré sur internet du 16 au 19 novembre 2021, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus