Dans ces deux autres grandes régions de Belgique, l’abattage rituel sans étourdissement est interdit depuis 2019. Et la justice de l’Union européenne avait appuyé leur législation en 2020 en jugeant qu’une telle interdiction n’était pas contraire au droit européen, ce qu’avaient déploré des organisations juives et musulmanes.

 

À lire aussi : Les États peuvent imposer l’étourdissement dans l’abattage rituel (21/12/2020)

Plusieurs semaines de débats houleux

Au Parlement régional de Bruxelles, à l’issue de plusieurs semaines de débats houleux, un projet d’ordonnance visant à interdire l’abattage sans étourdissement a été rejeté vendredi. Il était combattu par la plupart des élus du PS et Ecolo, deux partis francophones qui constituent l’épine dorsale de la majorité régionale.

 

« Je suis évidemment déçu du résultat, c’est un échec pour le bien-être animal », a réagi auprès de l’AFP Jonathan de Patoul, élu du parti centriste Défi qui portait le projet d’ordonnance avec les formations néerlandophones Open-VLD (libéraux) et Groen (écologiste).

 

L’association de défense des animaux Gaia a jugé de son côté « hallucinant » que les députés bruxellois ignorent le consensus scientifique ayant établi que les animaux d’élevage souffrent bien davantage lors de l’abattage s’ils n’ont pas été étourdis au préalable.

 

« Les hommes et les femmes politiques devraient se fonder sur la science, a dénoncé Ann De Greef, une des responsables de Gaia, citée par l’agence de presse Belga. Or, ce n’est clairement pas le cas. À cause d’eux, des centaines de milliers d’animaux vont encore être abattues dans la pire douleur. »

Consigne de vote

Le débat a été vif au sein même des familles politiques. Ainsi, l’interdiction était combattue par la gauche francophone, mais soutenue par les pendants flamands du PS et d’Ecolo, les partis Vooruit et Groen.

 

Un député bruxellois de Vooruit, Fouad Ahidar, a été sanctionné pour s’être opposé à l’interdiction, ignorant la consigne de vote de son parti. Il a été écarté vendredi du bureau politique.

 

Il y a dix jours, aucune majorité ne s’était dégagée en commission au Parlement bruxellois pour valider le projet d’ordonnance Défi-Groen-Open VLD. Vendredi en séance plénière, les conclusions de la commission tendant au rejet du texte ont été validées à une courte majorité, par 42 voix « pour », 38 « non » et huit abstentions.