Du 17 au 19 juin 2022, plus de 1 200 structures de la chaîne alimentaire ouvriront leurs portes partout en France dans le cadre de la deuxième édition des Journée nationales de l’agriculture (JNA). En 2021, 1 000 structures avaient participé à ces journées.

 

Cette année, les Journée nationales de l’agriculture sont labellisées année de la gastronomie et coparrainées par les chefs Guillaume Gomez et Thierry Marx. L’occasion de montrer que la gastronomie est intrinsèquement liée aux producteurs et à l’agriculture.

Une fête de l’agriculture

Pour les organisateurs, Agridemain et Make.org, l’ambition est claire : faire de ces journées une institution française, un rendez-vous incontournable pour les Français, comme c’est le cas pour la fête de la musique. « Une visiteuse nous a dit l’an passé qu’il fallait que ça devienne une grande fête populaire », explique Estelle Colas, directrice des grandes causes chez Make.org.

 

L’objectif de JNA est avant tout d’ouvrir aux consommateurs les portes du monde agricole et plus globalement de la chaîne alimentaire pour reconnecter les citoyens à leur alimentation. « On a tendance à voir le côté noir des choses, mais il est important de faire une pause et d’expliquer ce que l’agriculture apporte à la société », résume Guillaume Lefort, le président d’Agridemain.

 

Une démarche jugée d’autant plus importante que la souveraineté alimentaire est remise au cœur du débat depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Le contexte est différent de l’an passé, notamment en raison de la guerre en Ukraine et des tensions qui en découlent », détaille Gilles Maréchal, le directeur d’Agridemain.

Les coulisses de l’alimentation

En plus de la souveraineté, c’est la diversité et la qualité du modèle agricole français qui sont à l’honneur. « Il faut faire reconnaître la diversité du modèle agricole », insiste Jean-Marc Bournigal, le directeur général de Semae, mécène de cette édition.

 

Les consommateurs pourront ainsi découvrir les coulisses de l’alimentation, mais aussi ce qu’une bonne assiette coûte réellement. « La qualité à un coût que les consommateurs ne perçoivent pas toujours », Dominique Schelcher, président de Système U, mécène de cette édition.

 

Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges. Les 150 000 visiteurs attendus devraient y trouver leur compte que ce soit lors d’un escape game à l’Académie d’agriculture à Paris, pendant la visite d’une usine Claas dans la Sarthe ou lors d’une rencontre avec Mister France Agricole 2022 en Vendée. Des exploitations, des usines des industries agroalimentaires, des lycées agricoles ou encore des centres de recherche de l’Inrae ouvriront leurs portes partout en France.