Le moteur du développement des énergies renouvelables (EnR) ces dernières décennies a été la prise de conscience du changement climatique. À cet enjeu grandissant s’ajoute aujourd’hui la nécessité d’indépendance énergétique, dans un monde où plus de 80 % de l’énergie provient de ressources fossiles, détenues par une poignée de pays.

 

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) anticipe ainsi une année 2022 record en termes de raccordement d’EnR, avec plus de 10 % de croissance par rapport à 2021. La Chine représente 46 % des nouvelles installations raccordées. Elle est suivie par l’Europe (16 %) et les États-Unis (12,5 %).

 

> À lire aussi : 2021, une année mitigée pour la transition énergétique (01/02/2022)

Le solaire brille de mille feux

L’énergie solaire photovoltaïque est la locomotive de la croissance des EnR. Elle représentait 51,4 % des capacités installées en 2021, l’AIE projette que cette part bondisse à 59,1 % en 2022 et 62,3 % en 2023. Les politiques publiques volontaristes de la Chine et de plusieurs pays de l’Union européenne, dont la France, facilitent ce développement, d’après le rapport.

 

> À lire aussi : La prise en charge des raccordements photovoltaïques bientôt améliorée (25/03/2022)

 

L’éolien terrestre devrait repartir à la hausse, après une chute de 32 % du rythme de raccordement au cours de l’année écoulée. Pour l’éolien offshore, la croissance devrait diminuer à la suite d’une année 2021 extraordinaire en Chine, mais la dynamique de fond reste à la croissance. La part des bioénergies (méthanisation, bois énergie, etc.) reste marginale, à 4 %. Le cumul de ces filières est amené à reculer au niveau mondial dans les prochaines années, d’après l’AIE.

 

> À lire aussi : Ils veulent plus que des promesses sur les énergies renouvelables (19/04/2022)

Plus chères mais plus compétitives

Les EnR font pourtant face depuis la crise du Covid-19 à leur première hausse de coûts, après des années d’une baisse constante, notamment pour le photovoltaïque et l’éolien. Ces coûts plus élevés devraient se maintenir en 2022 et 2023, d’après le rapport, mais ne remettent pas pour autant en cause leur compétitivité.

 

En effet, le prix des énergies fossiles a tellement bondi en 2021, puis en 2022 sur fond de crise géopolitique, que la comparaison est de plus en plus favorable aux énergies vertes.

 

> À lire aussi : Les prix alimentaires et de l’énergie resteront élevés jusqu’à la fin de 2024 (28/04/2022)