Depuis le début de l’invasion russe, le 24 février dernier, les ports maritimes ukrainiens sont bloqués. Ce vendredi 29 avril 2022 marque donc la reprise des exportations avec le départ d’un premier navire chargé de maïs en provenance de l’Ukraine.

 

> À lire aussi : « Je retourne ma jachère pour implanter du tournesol » (25/04/2022)

« Solidaire de l’Ukraine »

« Le navire transportant 70 000 tonnes de maïs a levé l’ancre à 4 h 20 » (1 h 20 GMT), a déclaré à l’AFP le PDG de la compagnie, Viorel Panait, sans dévoiler la destination de la marchandise. D’une longueur de 229 mètres de longueur, le navire bat pavillon des îles Marshall, a précisé à l’AFP une source au sein de l’autorité portuaire.

 

« Il s’agit d’un moment très important qui témoigne de l’engagement de la Roumanie à se montrer solidaire de l’Ukraine en proie à la guerre », a-t-il ajouté, se félicitant d’avoir joué le « rôle de pionnier » dans cette entreprise.

 

> À lire aussi : Yara met en garde contre l’impact « dramatique » du conflit en Ukraine (27/04/2022)

Moderniser ses infrastructures portuaires et ferroviaires

L’Ukraine partageant une frontière de 650 kilomètres avec la Roumanie, Bucarest s’est engagé ces dernières semaines à moderniser ses infrastructures portuaires et ferroviaires afin de faciliter les exportations en provenance de l’Ukraine.

 

Le ministère des Transports roumain vient de lancer un appel d’offres visant la remise en fonction d’une voie ferrée reliant la ville de Giurgiulesti (ouest de la Moldavie) à Galati (est de la Roumanie).

 

D’une longueur de 5 km, cette voie est cruciale car elle conserve l’écartement des rails utilisé dans l’ex-URSS et ses pays satellites et correspond à celui toujours en service en Ukraine, ce qui permet l’acheminement des marchandises sans devoir changer les essieux des wagons.

 

« Le port de Galati sur le Danube deviendra un passage clé dans la région, aux côtés de celui de Constanta, pour le transport de marchandises et de matières premières en provenance de l’Ukraine, via la Moldavie », a écrit cette semaine le ministre Sorin Grindeanu sur son compte Facebook.

 

« Un réseau de transports est en train de prendre forme (en Roumanie, NDLR) afin d’aider l’Ukraine à exporter sa production agricole », a souligné Viorel Panait, estimant que cela permettra d’éviter un risque de « famine » dans le monde.

 

> À lire aussi : Un risque de pénurie alimentaire mondiale à cause de la guerre en Ukraine (21/04/2022)

Les exportations de l’Ukraine bloquées par la Russie

Avant la guerre, le pays exportait 4,5 millions de tonnes de production agricole par mois via ses ports, soit 12 % du blé, 15 % du maïs et 50 % de l’huile de tournesol au niveau mondial. Le blocus par la Russie a « de facto arrêté nos exportations », détaillait à la fin de mars le ministre ukrainien de l’Agriculture Mykola Solsky.