Le contrat sur le blé a encore bondi de 3,78 % le mercredi 23 février 2022 à Chicago après une hausse de plus de 6 % la veille, pour se hisser à un nouveau sommet depuis l’automne 2012. Dans le même temps, le cours du soja, qui n’a cessé de grimper ces derniers mois avec la sécheresse en Amérique latine et la flambée des cours des huiles, est parvenu à un plus haut depuis septembre 2012 à 16,71 dollars le boisseau pour livraison en mai. « C’est un record depuis septembre 2012 lorsque le contrat avait atteint 17,89 dollars », a indiqué Dax Wedemeyer, analyste pour US Commodities.

 

La menace de guerre en Ukraine fait craindre pour l’offre de blé dont l’Ukraine est le septième producteur au monde et le cinquième exportateur. Ce pays produit aussi du maïs.

La Russie quant à elle occupe la première place au classement des volumes de blé exportés.

« L’escalade géopolitique de ces derniers jours a considérablement accru le risque d’aggraver encore les déséquilibres du marché des produits de base », écrivaient dans une note les analystes des marchés des matières premières de JP Morgan. « Il se peut qu’on assiste à une période prolongée de tensions géopolitiques élevées et de prime de risque élevée dans toutes les matières premières compte tenu de l’impact considérable de la Russie sur ces marchés », ont-ils ajouté.

 

Pour le blé, les investisseurs sont à l’affût de tout achat alors qu’on craint des retards ou interruptions de livraisons.

Des tensions sur l’huile

 

Les régions de l’est de l’Ukraine, au centre des tensions, sont en outre « productrices de tournesol et de blé », rappelle Dax Wedemeyer d’US Commodities. « Ce sont les deux plus importantes préoccupations pour le moment », ajoute l’analyste rappelant que du tournesol on tire de l’huile.

 

Cela soutient encore les cours du soja, un oléagineux, alors que les contrats sur les huiles, allant de l’huile de palme au colza, connaissent une flambée des cours. « Si l’invasion pénètre plus avant en Ukraine, les inquiétudes vont toucher le maïs », a prévenu Dax Wedemeyer.

 

Le cours du blé a aussi accéléré mercredi à cause de préoccupations climatiques dans les plaines nord-américaines alors que le blé dur rouge d’hiver souffre des températures froides et sèches et du gel.

 

Le cours du soja a également été soutenu par l’annonce d’une nouvelle vente de 132.000 tonnes de l’oléagineux à la Chine, la troisième de ce volume en une semaine.

 

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mai 2022 a terminé en hausse de 3,78 % à 8,8475 dollars contre 8,5250 dollars mardi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison le même mois a augmenté de 1,30 % à 6,8125 dollars contre 6,7250 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mai a gagné 2,20 % à 16,7100 dollars contre 16,3500 dollars la veille.