Le groupe Eiffage fait partie des poids lourds du secteur de la construction et des grosses infrastructures. Il est en passe de débarquer dans les énergies renouvelables et l’agriculture en s’offrant 80 % du capital du groupe Sun’R.

 

Ce dernier est connu du monde agricole pour sa filiale Sun’Agri, l’un des pionniers de l’agrivoltaïsme, notamment via sa solution de persiennes photovoltaïques développée en viticulture et abroriculture. Les panneaux solaires y sont mobiles autour d’un axe et pilotés en fonction des besoins des plantes, pour les protéger des aléas climatiques tout en produisant de l’électricité renouvelable.

 

> À lire aussi : L’initiative qui valait un milliard (05/11/2020)

« Une vision commune et des métiers complémentaires »

Dans un communiqué du 31 août 2021, le groupe leader de la construction a annoncé être entré en négociations exclusives avec le groupe Sun’R pour venir gonfler son capital. Une prise de position surprenante, dans des secteurs sur lesquels le groupe n’a aucune expertise particulière.

 

Antoine Nogier, président de Sun’R et de l’association France Agrivoltaïsme confirme cette information. « Nos visions sont les mêmes sur les grands enjeux du siècle et nos métiers sont complémentaires, souligne le dirigeant. Mais nous allons garder notre autonomie et notre modèle économique » rassure-t-il.

 

Pour rappel, Sun’Agri ne se rémunère pas sur la production d’électricité. L’entreprise se place comme intermédiaire entre le développeur photovoltaïque et l’exploitation agricole, et vend une solution logicielle de pilotage des panneaux, développée en partenariat avec ITK. Cela vise à garantir une synergie maximale et éviter que la production électrique ne soit priorisée par rapport à l’agricole.

 

> À lire aussi : La filière agrivoltaïque se fédère dans France Agrivoltaïsme (09/06/2021)