Selon les dernières estimations au 1er juillet 2022, la production d’abricots augmenterait de 127 % par rapport à la récolte historiquement faible de 2021, fortement impactée par le gel. C’est ce qu’indique Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’infos rapides du 6 juillet 2022.

 

« Après deux années de très faibles productions, 2022 marque le retour à des rendements plus conformes au plein potentiel de production », précise-t-il.

Région par région

Avec 134 600 tonnes d’abricots produits en 2022, la production augmenterait dans toutes les régions productrices :

 

  • Dans le Languedoc et le Roussillon, la production est estimée en hausse de 30 % sur un an. Toutefois, « la situation est hétérogène selon les zones de production », détaille Agreste. La production progresserait dans le Gard, le gel ayant eu peu d’impact cette année, tandis que dans le Roussillon, les fortes précipitations d’avril, au moment de la floraison, ont réduit les rendements initialement prévus.
  • En Paca, si « le gel a réduit légèrement le potentiel de récolte », la production serait supérieure à celle de 2021, avec +109 % en glissement annuel et +6 % par rapport à la moyenne quinquennale. « Les divers aléas, comme la grêle, les orages et la canicule, influent sur le calibre et la qualité des fruits. De ce fait, l’offre en juin est plus modérée », précise le ministère de l’Agriculture.
  • Dans la vallée du Rhône, la production s’annonce nettement supérieure à celle de l’année précédente (+354 %), qui avait été très faible. Dans le Bergeron, la récolte débute avec 20 jours d’avance mais « la sécheresse la canicule freinent cette année le grossissement des fruits ». En revanche, les gelées d’avril ont touché les variétés précoces en Ardèche et dans les Baronnies, « où deux tiers de la production a été détruite ».

Même constat chez les producteurs européens

Selon Medfel, la récolte européenne de 2022 gagnerait 31 % par rapport à la faible récolte de 2021, sans atteindre le niveau moyen de 2016 à 2020 (–8 %).

 

Si en Italie et Grèce, la production devrait se relever respectivement de 40 % et 17 %, une demi-récolte est prévue en Espagne avec une chute de la production de 37 % par rapport au niveau moyen. Selon Agreste, le gel du début d’avril au niveau européen a plus durement touché ce pays.

 

> À lire aussi : Offre modérée en fruits d’été (03/06/2022)

L’offre décolle et les prix baissent

La mise en rayon de l’abricot en grande surface est précoce cette année, « avec des volumes plus élevés que les années précédentes et des calibres moyens ». Pour Agreste, la météo estivale est favorable à la consommation du fruit et la demande est présente.

 

« En juin 2022, les prix des abricots sont inférieurs de 11 % à ceux de 2021, conséquence d’une offre plus élevée », indique Agreste. Toutefois, ceux-ci se situent au-dessus de la moyenne quinquennale.

 

Conséquence d’une demande dynamique sur le marché intérieur comme à l’exportation, le marché est fluide. « En raison de la sécheresse et des fortes températures, les calibres sont plus petits que les années précédentes. La maturité des fruits s’accélère, les variétés s’enchaînent rapidement », détaille le ministère.

 

Du fait de la baisse de production en Espagne, la concurrence est faible mais l’offre reste irrégulière « avec un pic à la mi-juin, puis un manque en fin de mois ».