Jusqu’à 2 500 emplois et 9 millions de panneaux photovoltaïques annuels : ces chiffres colossaux sont ceux d’un projet industriel sur le territoire français. Le groupe norvégien REC est à la manœuvre et la concertation préalable a été lancée le 14 décembre 2020. Une décision est attendue pour le mois de mars. Il s’agit du seul site d’implantation envisagé en Europe par ce groupe. « C’est notre projet prioritaire et le plus abouti », a glissé le directeur général de Rec Solar EMEA GmbH au Républicain lorrain.

Un investissement en deux phases

Si la concertation reçoit un avis favorable et que le projet franchit les différentes étapes nécessaires à son aboutissement, l’investissement représenterait un milliard d’euros et se ferait en deux phases. La première aboutirait à une usine employant 1 500 salariés, avec une capacité de production de 4,5 millions de panneaux par an. À l’issue de la phase 2, mille emplois supplémentaires seraient créés, pour une production doublée.

 

Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (Ser) suit l’affaire. Il a exprimé dans Le Monde que le projet était « en bonne voie » et a rappelé que « cette implantation a un intérêt stratégique majeur pour le développement des énergies renouvelables en France ».