« Nous avons beaucoup hésité avant d’ouvrir nos portes aux journalistes pour France 5 car nous ne sommes pas des ‘pro de la communication’. On avait peur que nos propos soient détournés », explique Dominique Gautier, agricultrice avec son mari Philippe à Trévérec (Côtes d’Armor). « Mais ce n’est pas en fermant nos portes que la vraie information va sortir », a pensé le couple d’agriculteur. Estimant que l’émission « Le monde en Face » était plutôt objectif, ils ont finalement décidé de leur ouvrir leur porte.

« Nous avons pris le temps de tout leur expliquer »

Pendant quatre jours, Dominique et Philippe Gautier se sont consacrés aux documentaristes, allant jusqu’à prendre un remplaçant pour faire le travail à la ferme. « On leur a tout montré, particulièrement les évolutions qui ont été faites depuis une vingtaine d’années ».

 

Mais lors de la parution du reportage, ça a été la douche froide pour les agriculteurs. « L’histoire racontée dans le reportage s’est arrêtée il y a vingt ans. » Aucune des évolutions en faveur de l’environnement n’a été prise en compte, estime-t’il.

 

Les éleveurs avaient accepté le reportage à condition de ne parler que de leur ferme et pas de la situation à l’échelle de la Bretagne. « Mon mari s’est trouvé obligé de répondre sur un sujet dont il ne voulait pas parler et qu’il ne maîtrisait pas complètement », relate Dominique Gautier.

Le choix des images

Autre anecdote, le cameraman a pris une vidéo de Philippe Gautier quand il arrosait les cochons avec une pompe haute pression. Mais l’agriculteur a suggéré que ces images ne soient pas divulguées sans l’explication qui va avec. « En effet, quand les porcs sont sur le départ, ils sont un peu excités. On les arrose pour les calmer. Mais dernièrement, notre rampe d’arrosage était défaillante et on a dû utiliser exceptionnellement la pompe » expliquent les agriculteurs. Sans cette explication, beaucoup d’interprétations sont possibles, surtout si les téléspectateurs ne sont pas des coutumiers de l’élevage porcin, précise Dominique Gautier.

La vidéo de réponse

Le couple d’agriculteur a donc réalisé une vidéo pour répondre à l’émission de France 5 et l'a largement diffusé sur les réseaux sociaux. Vendredi 20 novembre 2020, la France agricole a tenté de joindre par téléphone, sans succès, un journaliste auteur de ce documentaire.