« Nous sommes satisfaits d’avoir réuni autant de monde ce soir », affirme Denis Jehannin, coprésident de l’OP (organisation de producteurs) France Milk Board (FMB) Grand Ouest. Et ce mercredi 6 avril 2016, ce sont près de 80 personnes qui ont fait le déplacement à Balazé (Ille-et-Vilaine) pour assister au débat : « Crise laitière – La solution européenne ».

 

Pourtant, malgré leur nombre, les éleveurs de la salle sont restés muets lorsque les représentants des OP leur ont donné la parole. Surprenant pour un thème aussi épineux que la crise. « Nous nous attendions à plus de questions », admet Denis Jehannin. Emmanuel Binois, le second président de FMB Grand Ouest, ajoute que les réactions ont été un peu plus vives lors du débat à Plouisy, dans les Côtes-d’Armor. Après y avoir été encouragés, quelques éleveurs ont fini par intervenir.

Des OP transversales

 

Alors que la surproduction est pointée du doigt, il a évidemment été question de limitation de la production. Oui mais de quelle régulation ? Dans la salle, on entend que Savencia propose une prime allant jusqu’à 20 €/1 000 l pour une réduction collective de la collecte. Et cela fait réagir : « Ce n’est qu’un ajustement à leur appareil de production, ce n’est pas de la régulation », explique Emmanuel Binois. Selon lui, toute solution passe par le rassemblement des producteurs en OP transversale.

 

Alex Walterschen, de l’association de producteurs allemands Milch Board a présenté un « mémorandum sur la création d’une OP internationale », signe que l’EMB (European Milk Board) l’envisage réellement. Pourtant, la création d’une OP transnationale semble encore loin des préoccupations des éleveurs qui n’ont même pas abordé le sujet lors du débat.