Agrosustain, nouveau venu dans le biocontrôle

Aussitôt découvert, aussitôt commercialisé. Une chercheuse suisse profite d’un programme d’accompagnement fédéral permettant le passage d’un résultat de recherche scientifique à un produit et service pour créer sa start-up et commercialiser sa découverte. Il s’agit d’un produit biologique pour la lutte contre les champignons phytopathogènes. Ainsi est né Agrosustain en ce printemps 2018.

 

À l’origine du projet, la chercheuse Olga Dubey a découvert pendant son doctorat un composé naturel capable de lutter contre les champignons phytopathogènes qui endommagent de nombreux fruits et légumes. Comprenant le potentiel de ce composé, elle utilise en 2017 un système d’aide suisse pour affiner ses recherches et développer le produit.

 

Brevet et start-up sont alors sur les rails. Dès l’année prochaine, Agrosustain proposera des composés pour les traitements avant et après récolte et pour le stockage. Dans un premier temps, elle développe un traitement organique contre la chalarose du frêne.

Karnott lève 2,5 millions d’euros

Après avoir levé plus d’un million d’euros il y a un an, la jeune pousse produisant des boîtiers connectés pour l’enregistrement des pratiques culturales signe une nouvelle opération auprès des deux fonds d’investissement et partenaires historiques Partech et Leap Ventures.

 

Selon Karnott, cette opération réalisée à la fin de mai devrait l’aider dans son expansion en Europe. Les pays visés sont l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Avec seulement deux ans d’existence, l’entreprise des compteurs connectés emploie aujourd’hui 24 personnes. Elle prévoit l’embauche d’une dizaine de salariés supplémentaires dans les prochains mois.

Terralia lance le concours Smart Agri Food Innovation

Après 12 éditions de son concours Innovafood et une treizième en-cours, le pôle de compétitivité du Sud-Est Terralia s’associe à la French Tech Culture Avignon pour lancer un nouveau concours. Smart Agri Food Innovation devra récompenser les projets d’entreprises innovants, « qui de par leurs usages du numérique et des technologies, contribuent à une agriculture, une viticulture et une alimentation plus durables et intelligentes ».

 

L’innovation présentée, produit, service ou usage, doit apporter une amélioration notable et un réel bénéfice aux consommateurs ou aux professionnels de ces filières. Le concours est ouvert à trois catégories de projets : agriculture, alimentation et vin. Le dépôt des dossiers est ouvert jusqu’au 21 septembre 2018. Après plusieurs sélections, le jury final donnera son palmarès le 17 octobre lors du Salon Med Agri à Avignon.

Des colliers connectés à 4,2 millions d’euros

La start-up néerlandaise Connecterra a annoncé à la fin de mai avoir levé 4,2 millions d’euros, dont 1,7 million d’euros de la part de l’Union européenne. Les fonds réunis proviennent de la Russie, des États-Unis et de l’Angleterre. Cette start-up développe et commercialise la solution Ida de colliers connectés reliés à une application mobile qui permet de suivre plusieurs paramètres physiologiques. Le but est de caractériser l’état de santé ou de stress de l’animal, par exemple, en améliorant la pertinence des analyses et la précision des résultats grâce à l’intelligence artificielle.