« Par rapport aux propositions initiales, les choix retenus sur les aides à la vache allaitante permettent de mieux prendre en compte les élevages spécialisés. Cela va dans le sens de la compétitivité et de la structuration de l'élevage de bovins à viande et répond aux demandes des Chambres d'agriculture », écrit leur assemblée permanente (APCA) dans un communiqué publié en réaction aux derniers arbitrages sur la Pac 2015-2020 annoncés le 27 mai par le ministre de l'Agriculture.

« Ce rééquilibrage se fait au prix de la suppression des aides à l'engraissement. Le ministre ayant annoncé une politique volontariste pour l'engraissement avec d'autres leviers, nous serons très vigilants sur ce point ! Il en va du maintien de la valeur ajoutée et de l'emploi dans les territoires. »

« Le dispositif retenu pour les zones intermédiaires doit rester compatible avec les réalités agronomiques et climatiques. »

« La plupart des mesures sont désormais connues. Pour beaucoup d'entre elles, à commencer par la surprime des premiers hectares mais aussi les aides couplées, des plafonds sont définis. Cela pose la question de la prise en compte des actifs dans les formes sociétaires. Le ministère devra rapidement apporter des réponses sur les possibilités de passage en Gaec. »

« Nous allons maintenant entrer dans une phase où les exploitations doivent anticiper au mieux les impacts de la nouvelle Pac. Les Chambres d'agriculture sont au service des agriculteurs pour les accompagner dans ce moment clé. Elles vont, sous peu, proposer à tous les agriculteurs un outil pour leur permettre d'évaluer, sur leur exploitation, l'évolution de leurs soutiens dans la prochaine Pac. »

« Les décisions sur la Pac sont désormais connues. Il s'agit maintenant d'accompagner les exploitations pour leur permettre de s'adapter aux nouvelles règles et de renforcer leur compétitivité. Les Chambres d'agriculture sont mobilisées en ce sens », conclut le communiqué.