L’Australie va reprendre cette semaine ses exportations de moutons vivants à l’issue d’un moratoire de quatre mois imposé après une polémique concernant l’exportation du bétail vivant. L’exportation de bétail vivant est particulièrement surveillée en Australie depuis la diffusion en avril 2018 d’une vidéo filmée à bord d’un cargo à destination du Moyen-Orient.

Interdiction en été

Cette vidéo montrait des bêtes entassées dans des enclos, agonisant dans leurs excréments et peinant à respirer dans des réduits mal ventilés et trop chauds. En dépit des demandes des défenseurs du bien-être animal, le gouvernement n’avait pas adopté en 2018 de moratoire pour interdire ces exportations mais avait pris des mesures visant à changer les pratiques.

Cette année, l’Australie a interdit le transport de moutons vivants entre juin et le 22 septembre, la période estivale dans l’hémisphère Nord. Les mesures adoptées en 2018 par l’Australie obligeaient notamment les exportateurs à augmenter l’espace disponible pour les animaux et des observateurs indépendants étaient autorisés à bord des bateaux transportant du bétail.

Jusqu’à dix ans de prison

Les violations de ces nouvelles régulations étaient passibles d’amendes et de peines allant jusqu’à dix ans de prison. Cette reprise des exportations a été saluée par le conseil des exportateurs de bétail australien, pour qui le moratoire sur les exportations a permis aux « concurrents de pénétrer certains de nos marchés ».

Les exportations d’ovins, de caprins et de bovins vivants représentent environ 1,23 milliard de dollars par an pour l’économie australienne, selon ces exportateurs.

AFP