Alors que tout le monde s’interroge sur l’avenir de la réforme des retraites, le député du Lot-et-Garonne, Olivier Damaisin (LREM), organisait, le vendredi 24 avril 2020, une réunion en visioconférence sur la situation des retraités agricoles.

« À l’Assemblée nationale, tout est bloqué. Mais je ne lâche pas l’affaire ! a-t-il lancé. Les échanges avec des collègues de la majorité, LREM et Modem, ont porté sur les retraités actuels et l’objectif de passer leur pension à 85 % du Smic. C’est un travail en prévision du projet de budget pour 2021, mais tout en étant conscient des graves difficultés que traverse notre pays avec le Covid-19. »

Avec quel budget ?

Pour atteindre l’objectif de 85 % du Smic pour les anciens chefs d’exploitation justifiant d’une carrière complète, le coût serait d’environ 500 millions d’euros, mais « de 1,1 milliard d’euros si on y ajoute les conjoints », complète le député Olivier Damaisin.

C’est pour y voir plus clair sur la situation des petites pensions (pas uniquement agricoles) qu’Édouard Philippe a signé, le 11 mars, une lettre de mission aux députés Lionel Causse (Landes, LREM) et Nicolas Turquois (Vienne, Modem).

Un compte-rendu en septembre

Cette mission portera sur la situation des retraités agricoles (« sujet plus particulièrement évoqué ») mais pas uniquement. Elle vise l’ensemble des petites pensions de retraite, « notamment les artisans commerçants, mais aussi les salariés qui ont connu de petits salaires et des périodes, parfois longues, de temps partiel souvent subi », précise la lettre de mission.

L’objectif de cette mission est d’établir « un diagnostic précis sur les situations des personnes concernées par ces petites pensions et les montants en jeu ». À partir de ce diagnostic, « et en tenant compte de la trajectoire financière de l’assurance vieillesse », les parlementaires doivent analyser « les pistes permettant de corriger certaines situations (jugées) inéquitables ou inacceptables ».

Le compte-rendu de la mission était prévu pour le mois de juillet, mais il sera probablement reporté au mois de septembre, selon les informations transmises par le député Lionel Causse.

Aurore Cœuru