Tous les agriculteurs allemands ne bénéficieront pas de l’enveloppe de 340 M€ débloquée pour lutter contre les conséquences de la sécheresse. Le gouvernement fédéral et les 14 Länder concernés ont fixé plusieurs critères pour n’aider que les exploitations les plus menacées.

L’éligibilité aux aides est conditionnée à une perte de revenu d’au moins 30 % par rapport à la moyenne des trois dernières années. L’État couvrira 50 % du dommage, pour un montant maximum de 500 000 €. Les pertes doivent aussi dépasser le capital à disposition pour rembourser les dettes ou investir.

L’État s’intéressera également à la situation patrimoniale du demandeur et de sa famille.

L’existence de liquidités ou les revenus élevés du conjoint affecteront le versement ou le montant de la subvention. Les ressources disponibles seront déduites des aides.

Patrimoine

Ce critère est critiqué par beaucoup d’agriculteurs. Berlin met en avant ses obligations envers la Cour des comptes et l’UE. Le ciblage exclut également les exploitations générant plus de 35 % de revenus non agricoles et les exploitations de plus de 250 salariés, générant plus de 50 M€ de chiffre d’affaires.

Les aides seront distribuées par les Länder. Les premiers guichets ont ouvert fin octobre-début novembre. Le DBV, principal syndicat agricole, critique un dispositif « bureaucratique ».

Dans le Land du Schleswig-Holstein (Nord), les autorités réclament le bilan comptable 2018-2019 pour calculer le montant définitif de la subvention. Une situation qui engendre de l’incertitude pour ceux qui ont demandé une avance, et un délai d’attente pour le versement de presqu’un an pour les autres.

De notre correspondant Luc André

En Bavière, comme dans de nombreuses régions allemandes, la moisson 2018 s’est déroulée dans des conditions particulièrement arides. © AFP