Nutrinoë, l'association des fabricants d'aliments bretons, a dû reporter son assemblée générale prévue initialement le 24 juin à Lorient.

« L'association ne peut prendre le risque de mettre en danger la population locale et les biens de la collectivité » faisant suite aux intentions de manifestation des faucheurs volontaires. Ces derniers annonçaient dans un communiqué vouloir « faire part de [leurs] vives inquiétudes concernant l'impact de l'ensemble des activités des fabricants d'aliments sur notre santé, notre environnement et sur notre droit à disposer d'une alimentation saine et garantie sans OGM ».

« Ils se trompent de cible, déplore Laurent Morin, directeur de Nutrinoë. Nous n'avons pas à juger de leurs revendications mais nous, acteurs de la nutrition animale, n'avons pas les réponses à leurs questions. » Et de les rediriger vers les politiques, les élus et les scientifiques.

« Les faucheurs volontaires utilisent la nutrition animale pour leur idéologie, analyse Laurent Morin. Ces actions de force parfois violentes nous empêchent de nous exprimer. Il faudrait au contraire avoir un échange constructif, surtout dans l'environnement actuel où nous avons besoin de travailler ensemble pour gagner en compétitivité. »

E.A.