Le système alimentaire mondial doit réduire sa dépendance à l'égard des combustibles fossiles pour réussir à nourrir une population mondiale croissante, souligne un rapport de la FAO publié mardi dans le cadre de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Durban (Afrique du Sud).

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, « la dépendance actuelle du secteur de l'alimentation à l'égard des combustibles fossiles [pourrait] limiter sa capacité à répondre aux besoins alimentaires mondiaux ».

Les prix élevés et fluctuants des combustibles fossiles et les doutes quant à leur disponibilité future montrent que les systèmes agroalimentaires devraient passer à un modèle intelligent de consommation d'énergie, selon le rapport. Autrement dit, il faut adopter des modes de production moins énergivores et plus durables, utilisant les énergies renouvelables.

Le secteur de l'alimentation – notamment la fabrication, la production, la transformation, le transport, la commercialisation et la consommation – représente en termes d'énergie quelque 95 exajoules (1), selon le rapport, soit environ 30 % de la consommation de l'énergie mondiale, et il produit plus de 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

L'utilisation directe de l'énergie dans les fermes agricoles s'élève à environ 6 exajoules par an (dont un peu plus de la moitié dans les pays de l'OCDE), hors labeur humain et traction animale, précise la FAO.

La FAO relève que « si l'on additionne les pertes au niveau de la ferme aux pertes postrécolte, environ un tiers de tous les aliments produits – et l'énergie qui a été dépensée – est perdu ou gaspillé ».

« Le secteur alimentaire mondial doit apprendre à utiliser l'énergie plus judicieusement, martèle la FAO. À chaque étape de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, les pratiques actuelles peuvent être adaptées pour devenir moins gourmandes en énergie », estime Alexander Mueller, sous-directeur général de la FAO responsable du Département de l'environnement et des ressources naturelles. Selon lui, de tels gains d'efficience peuvent souvent être obtenus en modifiant à coût zéro ou à très faible coût les pratiques agricoles et de transformation existantes.

Selon le rapport, « le défi consiste à découpler les prix alimentaires et les fluctuations à la hausse des prix des combustibles fossiles ».

Les mesures qui peuvent être prises au niveau des exploitations incluent l'utilisation de moteurs plus économes en carburant, l'utilisation du compost et des engrais de précision, le monitorage de l'irrigation et la distribution ciblée de l'eau, l'adoption de pratiques agricoles sans labour et l'utilisation de variétés végétales et animales moins dépendantes des intrants.

Une fois que les denrées alimentaires ont été récoltées, l'amélioration du transport et des infrastructures, une meilleure isolation des installations de stockage, la réduction des emballages et du gaspillage alimentaire et des appareils de cuisson plus efficaces offrent la possibilité de réduire encore davantage la consommation d'énergie dans le secteur alimentaire.

_____

(1) 95 exajoules = 95.000.000.000.000.000.000 joules ou 95 trillons de joules.