S'exprimant au sujet des algues vertes en Bretagne, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a souligné, mardi, la nécessité de réduire les rejets azotés.

« Un jour il faut que ça s'arrête. Ca fait 20 ou 30 ans que ça dure. Là dessus, c'est la mise en oeuvre du plan algues vertes », a-t-elle affirmé

Adopté l'an passé par l'Etat et les collectivités locales, ce plan prévoit le ramassage systématique des algues là où c'est possible et la réduction à terme des rejets azotés.

Prévu pour huit baies, il n'a pour l'instant été signé que pour une seule d'entre elles, celle de Lannion. Il doit conduire « des centaines d'exploitations à se transformer » et « doit être signé en septembre » pour la baie de Saint-Brieuc, a ajouté Nathalie Kosciusko-Morizet, et doit être signé en septembre pour la baie de Saint-Brieuc.

« L'agriculture a une part importante dans les nitrates qui sont produits en Bretagne et se retrouvent dans les rivières », mais il faut du temps pour modifier un système de production qui existe « depuis des décennies », a estimé la ministre.

Dans les Côtes d'Armor, 23.473 tonnes d'algues vertes avaient été ramassées au 9 août, soit légèrement plus que l'année précédente à la même date, selon la préfecture.

Lire également :