Le président français Nicolas Sarkozy s'est dit « choqué » vendredi par une décision de la Commission européenne de diviser par cinq les fonds alloués au programme d'aide alimentaire pour les plus démunis et a demandé à Bruxelles de revoir sa copie de façon urgente.

La décision « m'a beaucoup choqué, le programme européen d'aide alimentaire est très important pour les associations caritatives et les ONG », a affirmé M. Sarkozy devant la presse à l'issue d'une réunion des dirigeants européens à Bruxelles.

« La France est très attachée au maintien » de ce fonds, a insisté le chef de l'Etat français, en soulignant que cette aide permet d'assurer la sécurité alimentaire de 13 millions de personnes en Europe.

« La France demande à la Commission européenne d'examiner immédiatement toutes les solutions pour l'avenir », a-t-il ajouté en soulignant que Paris allait se mobiliser sur cette question à l'occasion d'une réunion des ministres européens de l'Agriculture, mardi, à Luxembourg.

La Commission européenne a annoncé une baisse draconienne de l'allocation au programme européen d'aide aux plus démunis, ramenée de 500 à 113 millions d'euros l'an prochain du fait d'une décision de la justice européenne.

Selon plusieurs associations caritatives, la baisse draconienne de l'aide aux plus démunis pourrait priver au moins 2 millions d'Européens de l'aide alimentaire dont ils ont besoin.

L'Allemagne, soutenue par la Suède, a déposé une plainte devant la Cour européenne de justice au motif que les 500 millions d'euros émanant du budget de la Pac constituaient, selon elles, une aide financière purement sociale qui « aurait perdu tout lien avec la politique agricole commune » et qui enfreint les principes de l'OMC (Organisation mondiale du commerce).

La Cour européenne de justice a donné raison à l'Allemagne dans un arrêt rendu en avril dernier. La Commission n'avait pas fait appel.

Lire également :