Les eurodéputés ont rejeté, lors d'un vote en commission agricole, le souhait de Paris et de Berlin de mettre fin en 2014 au programme européen d'aide aux démunis (PEAD), tout en donnant leur feu vert à une solution transitoire pour 2012 et 2013.

Berlin et Paris étaient parvenus à un compromis pour assurer le maintien de ce financement pour les deux prochaines années, sur lequel comptent des centaines d'associations caritatives et soupes populaires en Europe, à condition que l'UE cesse de financer un tel programme au-delà de 2013.

Les eurodéputés ont donné leur feu vert à la solution transitoire lors d'un vote lundi soir en commission, qui doit être confirmé par un vote en plénière au début de l'année prochaine.

Mais, dans une déclaration séparée, la France et l'Allemagne disent considérer « que les conditions ne sont pas réunies pour un nouveau programme au-delà de 2013 » et qu'elles « ne pourront donner leur accord à des propositions légales et financières de la Commission européenne pour un tel programme à l'avenir ».

Une décision qualifiée de « déplorable » par les eurodéputés. Au contraire, le programme européen « doit continuer après 2013 et la Commission européenne devrait présenter une proposition législative à cette fin », estiment-ils.

La Commission européenne, pour sa part, avait indiqué avoir « pris note » de l'opposition « d'un groupe significatif d'Etats » au maintien à terme du programme, promettant d'en « tenir compte » à l'avenir.

Son président, José Manuel Barroso, a déploré mercredi le refus « inacceptable » de ces Etats d'aider les plus démunis des Européens en « cette période de crise ».

« Je ne suis pas tout à fait satisfait du compromis » trouvé par Paris et Berlin pour assurer le maintien du PEAD pour deux ans en échange de sa suppression à terme, a-t-il annoncé au cours d'un débat au Parlement européen réuni en plénière à Strasbourg.

« Il est inacceptable et difficile de comprendre, au vu de la situation d'urgence, que des pays refusent la solidarité sociale en cette période de crise », s'est-il insurgé.

Doté de quelque 500 millions d'euros annuels, le PEAD permet de distribuer des repas à quelque 18 millions d'Européens démunis.