Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’aval a un rôle à jouer dans l’évolution des pratiques

Agroécologie
 - L’aval a un rôle à jouer dans l’évolution des pratiques
Couverture du rapport de Deloitte et FNE

Passer à l’agroécologie sur son exploitation d’accord, mais à condition d’être soutenu par la transformation et la distribution. Une étude met en avant le rôle majeur des acteurs en aval des exploitations agricoles et recense les exemples concrets déjà mis en place.

Alors que Stéphane Le Foll se dirige vers la fin de son séjour rue de Varennes, l’agroécologie a trouvé ses nouveaux porte-étendards. Le cabinet de conseil Deloitte Développement Durable et l’association France nature environnement (FNE) ont publié le 1er mars une étude plaçant l’agroécologie comme la solution pour résoudre l’équation agriculteur garant de produits de qualité et agriculteur pollueur dans l’esprit des consommateurs.

À travers l’agroécologie, l’étude vante le système de certification « haute valeur environnementale » (HVE), qu’il place comme l’application concrète à grande échelle de ce mode de production. La condition pour le développement de ce label passe par l’implication de tous les acteurs de la production et pas seulement les agriculteurs.

Ce système passe selon le document par quatre principes. Le premier, qui reste évident, est « d’être rentable ». Le second repose sur l’économie d’intrants et par là, rejoint le troisième critère qui consiste à favoriser l’autonomie des exploitations. Enfin, les auteurs écrivent que l’agroécologie nécessite « d’être moins polluant et de préserver la biodiversité ».

Impliquer tous les acteurs

Pour permettre à l’agroécologie de se développer pleinement, Deloitte et FNE insistent sur l’implication de tous les acteurs de l’alimentation et pas seulement des agriculteurs. Ils citent l’État à travers la Pac ou sur des campagnes promotionnelles du label HVE, les collectivités locales via la restauration collective mais surtout les acteurs de l’agroalimentaire et de la distribution. Ces derniers doivent « sortir des logiques de cahier des charges qui reportent la responsabilité sur leurs fournisseurs, pour s’engager dans des plans de progrès à 5-10ans » expliquent les auteurs de l’étude. Les exemples de Mc Donalds, Agromousquetaires ou Terrena sont pris en exemple.

Le cas McDonald’s

Parmi les exemples repris par l’étude, McDonald’s est cité pour sa stratégie agroécologique 2010-2020. Ce plan concerne les approvisionnements en blé, bœuf, pomme de terre, poulet et salade. « Réduire significativement l’impact environnemental de l’amont agricole tout en garantissant la pérennité économique des acteurs des filières, la qualité des produits et un approvisionnement régulier et répondant aux besoins » est l’ambitieux objectif affiché.

Des mises en pratique concrètes

Dans les faits, 50 élevages ont été audités suivi de la mise en place de plans d’actions par coopératives. 80 fermes de référencement permettent de tester de nouvelles pratiques. McDonald’s explique également travailler avec les coopératives partenaires sur le déploiement de 50 pratiques les plus pertinentes telles que l’utilisation d’outils de pilotage de la fertilisation ou l’utilisation de produits de biocontrôle.

T.D
Le cas McDonald’s

Parmi les exemples repris par l’étude, McDonald’s est cité pour sa stratégie agroécologique 2010-2020. Ce plan concerne les approvisionnements en blé, bœuf, pomme de terre, poulet et salade. « Réduire significativement l’impact environnemental de l’amont agricole tout en garantissant la pérennité économique des acteurs des filières, la qualité des produits et un approvisionnement régulier et répondant aux besoins » est l’ambitieux objectif affiché.

Des mises en pratique concrètes

Dans les faits, 50 élevages ont été audités suivi de la mise en place de plans d’actions par coopératives. 80 fermes de référencement permettent de tester de nouvelles pratiques. McDonald’s explique également travailler avec les coopératives partenaires sur le déploiement de 50 pratiques les plus pertinentes telles que l’utilisation d’outils de pilotage de la fertilisation ou l’utilisation de produits de biocontrôle.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !