Bruno Bernard, le président Europe Écologie-Les Verts (EELV) de la métropole de Lyon, a annoncé ce lundi 30 août 2021 « la multiplication par quatre », à 10 millions d’euros, du budget d’investissement à l’agriculture. Et ce, pour soutenir le bio et le local.

À lire aussi : Le « fermier et local » continuera-t-il à séduire à la rentrée ? (27/08/2021)

Pour des investissements agricoles

« Il est possible d’avoir des exploitations maraîchères importantes, tournées vers le local et en bio, qui fonctionnent », a déclaré Bruno Bernard à l’issue de la visite d’une exploitation agricole à Rillieux-la-Pape.

Le chef de la majorité écologiste, dont l’ambition est notamment d’atteindre le « 100 % bio et 50 % local » dans les cantines scolaires, a dit porter à 10 millions d’euros le budget destiné aux investissements agricoles.

« Nous voulons des paysans sur la métropole », a insisté le vice-président de la métropole délégué à l’Agriculture, Jérémy Camus, avant de détailler certaines de ces mesures.

À lire aussi : Il faudra du temps en rab pour améliorer les cantines (04/08/2021)

Un plan bio d’un million d’euros

Parmi ces mesures annoncées :

  • 2 millions d’euros sur le mandat serviront à acquérir des terres agricoles afin de lutter contre l’artificialisation des sols ;
  • 3 millions d’euros seront consacrés à l’aide à la transmission des exploitations car 62 % des agriculteurs métropolitains ont plus de 50 ans ;
  • Un plan bio d’un million d’euros sera mis en place pour aider à la conversion ou à l’installation en agriculture biologique.

La métropole prévoit également de créer un « incubateur de paysans » à Vaulx-en-Velin, où « ceux qui veulent se lancer pourraient tester leur activité », a précisé Jérémy Camus.

Lyon appelle l’Europe à « changer sa politique »

Une première ferme semencière, développée par le Centre de ressources de botanique appliquée (CRBA), destinée à rechercher des semences endémiques mais aussi des semences adaptées au changement climatique, doit être inaugurée le 24 septembre 2021 à Charly, au sud-ouest de Lyon. La métropole souhaite encourager la création d’un réseau de fermes semencières.

« Le rêve serait de retrouver ces productions dans les assiettes des plus jeunes », a ajouté l’élu métropolitain.

Même si les enjeux « dépassent la métropole », Bruno Bernard a également appelé l’Europe, aux manettes de la politique agricole commune (Pac), à « changer sa politique » pour privilégier « des modèles vertueux » et non pas « une agriculture trop souvent destructrice d’emplois, d’environnement et qui donne des produits pas très sains pour l’alimentation ».

Avec l’AFP