Encore un retard imputable au Covid ! Le nouveau règlement bio européen, adopté en décembre 2018, n’entrera pas en vigueur en janvier prochain, comme prévu initialement. Bruxelles a fini par accéder à la demande des États membres, du Parlement, de certains pays tiers et des acteurs des filières bio de reporter d’un an son application, au premier janvier 2022.

Se préparer aux nouveaux contrôles

Ceux-ci ne manquaient pas d’arguments. La crise du Covid a entraîné trop de retard dans l’adoption des actes secondaires (actes d’exécution et actes délégués), nécessaires pour amender ou compléter certaines parties du règlement. À ce jour, certains textes ne sont pas encore sortis (notamment les nouvelles annexes relatives aux produits en phytosanitaires, engrais, produits désinfectants et additifs autorisés en production et transformation bio).

Quand bien même ils seraient adoptés d’ici à la fin de l’année, cela laisse trop peu de temps aux opérateurs de la bio pour se préparer à la nouvelle réglementation avant le premier janvier. De plus, outre les modifications de certaines règles, la forme des procès-verbaux à remplir lors des contrôles change, obligeant les organismes certificateurs à adapter leurs outils informatiques. Et ceux-ci sont déjà assez occupés à rattraper le retard accumulé pendant le confinement, qui avait mis un coup d’arrêt aux visites de terrain.

Le plan de soutien à la bio en consultation

Dans le même temps, Bruxelles a annoncé le lancement, ce vendredi 4 septembre 2020, d’une consultation publique portant sur son plan d’action pour l’agriculture bio. L’objectif, fixé par la stratégie De la ferme à la table et Biodiversité, est d’atteindre 25 % de la surface agricole en bio au niveau européen.

> À lire aussi : Une nouvelle stratégie pour verdir l’Europe (13/12/2019)

Bérengère Lafeuille