Une centaine d'agriculteurs ont jeté mardi 200 kilos de tomates contre le bureau à Madrid du Parlement européen, en appelant les eurodéputés à ne pas les « trahir » lors du vote prévu jeudi sur un accord agricole élargi entre l'UE et le Maroc.

« UE, ne trahis pas notre agriculture », proclamait une banderole tenue par les manifestants venus d'Andalousie pour protester contre ce projet offrant plus d'avantages au Maroc en matière d'exportations que sous l'actuel accord d'association en vigueur depuis 2000.

« Un lancer de tomates, c'est tout ce que mérite la politique agricole de la Commission européenne, comme un mauvais artiste », a déclaré Andres Gongora, responsable des fruits et légumes frais de l'organisation agricole espagnole COAG.

« La rénovation de l'accord va mener à la disparition de milliers d'emplois dans des zones de production [...] qui souffrent déjà », a-t-il ajouté.

Frappée par un taux de chômage record en Espagne de plus de 31 %, l'Andalousie, grande région de production agricole, est l'une des plus menacées.

Mardi, les manifestants étaient venus d'Andalousie en bus. Des agriculteurs d'autres régions espagnoles ont prévu de poursuivre les manifestations mercredi et jeudi.

Avec 250.000 exploitations agricoles spécialisées dans les fruits et légumes frais, l'Espagne est l'un des principaux pays exportateurs de ce type de produits au niveau mondial, selon COAG.

Ce secteur emploie la moitié des agriculteurs en Espagne et a dégagé un excédent commercial de 7,162 milliards d'euros en 2010, selon la même organisation.

Lire également :