L'accord de libéralisation du commerce de produits agricoles entre l'Union européenne et le Maroc sera soumis au vote du Parlement européen jeudi.

Jeunes Agriculteurs (JA) explique mercredi dans un communiqué, qu'il « ne peut accepter la libéralisation des échanges entre l'UE et le Maroc ». Dans un courrier daté du 10 février 2012, « nous avons interpellé les eurodéputés français sur les dommages que subirait la filière F&L en matière d'installation ».

La ratification de cet accord « serait un réel désastre pour la filière française des fruits et légumes, pour les producteurs français et en particulier pour nos jeunes agriculteurs qui viennent d'investir lourdement », indique JA.

Cet accord « déstabiliserait une filière déjà fortement malmenée par les crises à répétition ». « Cela signifierait mettre à bas tous les efforts des producteurs français pour organiser et développer une filière de production qui répond aux attentes des consommateurs européens et qui est si précieuse en matière d'emplois et de développement durable », déclare JA.

De son côté, la Coordination rurale (CR) indique que cet accord de libre-échange « va considérablement léser les producteurs de fruits et légumes français et espagnols ».

« Cet accord prévoit des mesures de sauvegarde à appliquer si les importations marocaines perturbaient fortement le marché européen. Or, l'expérience démontre que la Commission européenne n'utilise jamais ces outils de régulation. Les producteurs de pommes en ont fait la douloureuse expérience. Ces soi-disant protections ne sont qu'un leurre », explique la CR.

« La vérité, c'est que les productions marocaines viendront encore plus concurrencer les productions françaises et espagnoles, déjà durement frappées par la crise », indique la Coordination rurale, qui « en appelle à la raison et au bon sens et demande aux députés de voter contre ».

Lire également :