Comme tous les ans, à cette période, JA appelle à se mobiliser à l’occasion de la semaine du foncier, qui a pour vocation de sensibiliser les responsables politiques et le grand public à l’enjeu majeur qu’est la préservation des terres agricoles, premier outil de production des agriculteurs.

Rencontres avec les élus

Durant une semaine, des rencontres entre le réseau et des élus locaux et parlementaires permettront « une prise de conscience » sur la nécessité de préserver les terres agricoles. Des infographies sur la perte des surfaces agricoles seront également publiées toute la semaine sous le hashtag #pasdepaysanssansterre et partagées sur les réseaux sociaux.

Une future loi foncière attendue

L’artificialisation des sols ou encore l’augmentation du coût du foncier freinent, voire empêchent les projets d’installation agricole. Dans un contexte où la moitié des agriculteurs partira à la retraite d’ici à 10 ans, l’enjeu de l’accès au foncier se fait de plus en plus présent pour les jeunes qui démarrent leur activité.

En 2015 déjà, le réseau JA avait consacré son rapport d’orientation à la thématique « Foncier : entre avenir et héritage » en avançant des propositions pour favoriser l’accès au foncier. Parmi elles, renforcer le rôle des Safer, redéfinir le statut de l’actif agricole ou encore assurer une meilleure régulation des prix des terres.

En marge de la loi foncière promise par Emmanuel Macron, en juillet dernier, JA, aux côtés de la FNSafer, de la FNSEA et des Chambres d’agriculture a remis des propositions au gouvernement sur le foncier agricole. Aujourd’hui, le syndicat entend vouloir des « actes politiques forts » notamment par « la mise en place d’un principe général de protection des terres agricoles, une définition de l’actif agricole et une orientation des terres ».

Alessandra Gambarini