C’est la première fois que la justice prononce une peine contre un abattoir et l’un de ses employés. Ce vendredi 28 avril, le tribunal de grande instance d’Alès (Gard), saisi, entre autres, par l’association L214, a condamné un ancien employé de l’établissement à huit mois de prison avec sursis. Il écope aussi de 600 € d’amende.

Il est condamné pour des actes de cruauté et des mauvais traitements sur des animaux. Cet employé qui a été licencié a interdiction d’exercer en abattoir pendant cinq ans. Le tribunal a prononcé une peine moins lourde que les réquisitions du procureur.

La Communauté de communes du Pays viganais, gestionnaire de la structure, est condamnée à verser 3 550 euros d’amende.

Les deux autres employés sont relaxés, les faits étant prescrits. Un groupement d’une cinquantaine d’éleveurs de la région, d’associations et de consommateurs, constitués en société coopérative d’intérêt collectif, doit reprendre l’établissement en septembre, sous la forme d’une location avec promesse de vente.