Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, s'est dit favorable, mercredi, à un « encadrement plus strict » de l'abattage rituel des animaux d'élevage, dont les méthodes sont dénoncées par la Fondation Brigitte Bardot.

« Je souhaite qu'on ait un encadrement plus strict de cet abattage rituel, notamment avec un régime d'autorisation préalable et un contrôle plus strict sur les méthodes qui sont appliquées pour limiter la souffrance animale », a dit le ministre, sur Canal+.

« On arrivera à ces solutions en dialoguant avec les communautés religieuses, avec les associations, de façon ouverte et constructive », a-t-il ajouté, assurant qu'il n'était pas « question de remettre en cause l'abattage rituel, qui est autorisé par l'Union européenne ».

Brigitte Bardot s'est offert mercredi une pleine page dans le quotidien Le Parisien pour dénoncer, dans une lettre manuscrite, le « supplice » des animaux soumis à l'abattage rituel dans des « conditions de violence et d'inhumanité abjectes ».

La Fondation Brigitte Bardot et d'autres associations avient lancé au début de janvier une campagne d'affichage contre l'abattage rituel des animaux.