Lors du congrès national de l’apiculture, le 28 octobre, Ségolène Royal a annoncé qu’elle avait « demandé à l’Anses de ne pas délivrer d’autorisation de mise sur le marché de produits à base d’imidaclopride ». Elle faisait référence au Gaucho 350 et au Gaucho Néo, deux insecticides à base de néonicotinoïdes, déposés pour évaluation alors que la loi biodiversité, qui les interdira en 2018, a été adoptée.