Dans son entreprise de sauvegarde, George Doumos est loin d’être seul. Il officie au sein du réseau Peliti, qui réunit 700 exploitants tournés vers la préservation des variétés locales et anciennes en Grèce, à l’instar du collectif Kokopelli, en France. « Peliti », qui signifie « chêne », partage ses semences avec le public. « À ce jour, plus de 4 000 variétés locales ont été identifiées et diffusées par le réseau », estime Panayotis Sainatoudis, fondateur et coordinateur du mouvement.