Quand il regarde ses parcelles à Pfettisheim (Bas-Rhin), Dominique Lux voit ses terres prêtes pour la saison des asperges. Mais les habituels saisonniers étrangers, bloqués dans leur pays, ne viendront pas les récolter. « Il va manquer la moitié de la main-d’œuvre », estime Yohan Lecoustey, directeur de la FDSEA du Bas-Rhin.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
3%

Vous avez parcouru 3% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !