« La filière se réjouit de l’annonce du décret pour l’étiquetage du pays d’origine des viandes de volaille en restauration, mais souhaite que cela soit rendu obligatoire dans toutes les occasions de consommation », déclare l’interprofession de la volaille de chair (Anvol), le 12 septembre. Selon elle, les plats préparés sont composés à 60 % de poulets importés. Sur le premier semestre 2019, les importations françaises de viande de volaille ont progressé de 4,7 % sur un an, tandis que la production a reculé de 3,6 %.