Le 4 mai, un boucher bio a été attaqué par 15 à 20 militants antispécistes sur son stand du marché couvert Saint-Quentin à Paris. L’homme dit avoir « été frappé » et affirme que sa marchandise, souillée par du faux sang, a dû être jetée.

Le ministre de l’Agriculture s’est rendu sur place le 7 mai et a qualifié son agression d’« inacceptable et d’intolérable ». Deux personnes, placées en garde à vue, doivent être jugées pour « violences et dégradations en réunion».