« La survie des entreprises de charcuteries-traiteurs est suspendue à la conclusion rapide de nouveaux accords avec les clients distributeurs », alerte la Fict, Fédération française des industriels charcutiers traiteurs, le 11 septembre. Selon l’organisation, « les entreprises ne peuvent pas supporter le poids de cette nouvelle hausse du [prix du] porc, le coût des matières premières représentant en moyenne 50 % du coût de production des produits commercialisés. »