Le plan de refinancement « paraissait simple au début ». Et devait répondre, selon Xavier Beulin, à 50 ou 60 % des agriculteurs. Pourtant, rien ne bouge. Le président de la FNSEA reproche aux services du ministère de l’Agriculture de « torpiller » les annonces politiques en ajoutant procédures et paperasses inutiles. Résultat : les banques demandent aux agriculteurs de payer la garantie qu’aurait dû prendre en charge l’État, qui « va encore s’en tirer à bon compte ».