Le syndicat majoritaire et les chambres d’agriculture étaient très en colère à la sortie de la réunion du Groupe national loup (GNL) qui se déroulait à Lyon le 28 mai 2019. Dans leur communiqué, les organisations ont d’emblée décerné un « carton rouge » au gouvernement. « Il est grand temps pour les dirigeants d’engager une démarche responsable et cohérente sur tout le territoire, déclarent-ils. Y compris dans les cœurs de parcs, en prenant pour une fois la décision qui s’impose, à savoir aucun plafond de prélèvement et des tirs de défense et d’abattage simplifiés avec des armes dotées de lunettes de tir à visée thermique accordés aux éleveurs, sans condition. »

La semaine dernière, déjà, les militants avaient demandé au ministère de la Transition écologique et à celui de l’Agriculture « de cesser leurs tergiversations et d’agir pour réduire l’angoisse des éleveurs qui ruine leur santé et détruit leur vie de famille ; beaucoup sont en burn-out.

La France doit emboîter le pas des pays européens qui soutiennent activement le pastoralisme face au loup, notamment l’Allemagne qui envisage des mesures drastiques allant jusqu’au prélèvement de meutes pour aboutir à zéro attaque ! »

Marie-France Malterre