Le nombre de projets de stations bioGNV s’envole. Ce carburant, produit à partir de la méthanisation, offre de nouveaux débouchés à la filière biogaz, en plus de l’injection directe dans le réseau. Alors que la demande en gaz de ville connaît d’importantes variations selon la saison ou l’heure de la journée, la consommation de bioGNV n’est pas soumise aux mêmes aléas. La flotte de véhicules n’est pas très développée, cependant elle augmente en flèche. Le besoin en stations se fait donc ressentir. Air Liquide en envisage trente ouvertes aux professionnels en 2020, quand Engie en prévoit vingt.

Stations publiques

En plus des stations privées et professionnelles, les points d’avitaillement ouverts au public se multiplient. Evergaz est partenaire du projet Seven, qui ambitionne vingt stations en Occitanie dans les prochaines années. La palme revient à Karrgreen, qui en promet 150 en France métropolitaine à l’horizon 2025. Après le succès de celle de Locminé (56), le réseau va s’étendre prochainement à Ploërmel (56) et Redon (35).

Celui-ci aura une gouvernance territoriale et proposera aussi des bornes de recharge électrique et des points de vente de produits locaux.

Gildas Baron