Stéphane Travert a présenté le volet agricole du grand plan d’investissement, le 2 mai, lors du Conseil supérieur d’orientation de l’économie agricole. Trois axes ont été retenus. L’axe « transformation de l’amont agricole et forestier » est doté de 2,8 milliards d’euros pour le soutien aux investissements dans les entreprises agricoles et les changements de pratiques. Un fonds de garantie de 800 M€ sera mis en œuvre, 500 M€ de subventions aux investissements matériels seront débloqués, ainsi que 800 M€ pour l’aide à la conversion bio et 540 M€ pour les MAEC transformantes.

Aider la montée en gamme

Le ministre a également confirmé la création d’un fonds de prêts à la méthanisation pour 100 M€. L’axe « amélioration de la compétitivité de l’aval agricole et forestier » est doté de 1,7 milliard d’euros. Le principal outil proposé est un fonds de prêts de 1,6 milliard d’euros pour la montée en gamme de l’aval agricole. Le troisième axe, « innovation et structuration des filières », est pourvu de 500 M€ pour soutenir les projets d’innovations collaboratives et territoriales et aider à la structuration des filières.

Le ministère précise que trois types de financements seront mobilisés : des subventions, des fonds d’investissement et le programme d’investissements d’avenir 3. Certains outils sont déjà mis en œuvre, mais pour d’autres, il faudra attendre début 2019 pour connaître les critères d’éligibilité. Déjà les critiques fusent. Pour Claude Cochonneau, président des chambres d’agriculture, beaucoup « de fonds sont recyclés » et rien de réellement nouveau n’a été annoncé.

Marie Salset