«Le glyphosate est moins cancérogène que la viande rouge », a affirmé Pierre Médevielle, sénateur centriste de Haute-Garonne, dans La Dépêche du Midi du 12 mai. Également vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), Pierre Médevielle est coauteur d’un rapport parlementaire sur les agences sanitaires, publié le 16 mai. Ses propos ont fait immédiatement le buzz, alors même qu’il ne s’agit pas d’un rapport sur le fameux herbicide. Le document analyse les procédures d’évaluation sanitaire et environnementale en France et à Bruxelles et avance une douzaine de recommandations pour les renforcer.

Les collègues parlementaires du sénateur se sont désolidarisés de ces propos. « Je regrette que Pierre Médevielle, en s’exprimant prématurément et sous une forme qui ne reflète pas le rapport, ait contribué à ajouter de l’huile sur le feu. Vous ne lirez pas cela dans ce texte. C’est la conclusion qu’il tire à titre personnel », a notamment déclaré Cédric Villani, premier vice-président de l’OPECST et député LREM de l’Essonne.

Céline Fricotté