À la suite des controverses sur le classement « probablement cancérigène pour l’homme » du glyphosate en 2015 par le CIRC (1), l’Anses (2) avait lancé un appel d’offres en 2019 pour des études complémentaires (sur le stress cellulaire après exposition, le potentiel génotoxique, les mécanismes d’action cancérogène...). Le CIRC et un consortium mené par l’Institut...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
93%

Vous avez parcouru 93% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !