Le projet de loi Egalim 2 « doit aboutir à une meilleure rémunération des éleveurs de chèvres », clame la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec), le 7 septembre. Il y a urgence : « La filière caprine fait actuellement face à une hausse sans précédent du coût des matières premières. » La clause de non-négociabilité du prix de la matière agricole, y compris pour les marques de distributeurs, intéresse particulièrement le syndicat.